archive

Archives de Tag: Coleacp

Coleacp’s President, Stephan Mintah, adressing a speech to other members of the international association.

Coleacp’s President, Stephan Mintah, delivering a speech at the Fruit logistica trade fair 2014 in Berlin (Germany).

African agriculture stakeholders have been inviting to promote sustainable agricultural practices that respect of the social environment by signing the PPP4PPP declaration issued by Coleacp. The program will enable them to take advantages of trainings in order to better meet market requirements.

 

The Europe -Africa – Caribbean – Pacific Liaison Committee (Coleacp) launched the “Sustainability support program” at Fruit Logistica, a trade fair that brought together thousands of producers and exporters of fruits and vegetables from all over the world from 5th to 7th February in Berlin, Germany.

It aimed at encouraging agricultural producers and exporters from Africa to sign the Private Public Partnership for People Planet and Profit (PPP4PPP) declaration which highlights their commitment to the new program. European importers of fruits and vegetables from Africa are also concerned by this issue.

Launched during the last European Development Days in Brussels in November 2013, the declaration is based on the “Agenda for Change”, the new strategy for development created by the European Commissionner Andris Pielbags and his team. It aims at promoting the principles of corporate social responsibility in the farming sector, according to Emmanuel Bourcelet, the Head of Information and Communication at Coleacp.

 

Interesting agricultural and management practices

« By signing the declaration, agricultural entrepreneurs, farmers’ organizations, producers and governments are committed to carrying their activities in respect of certain social values such as the minimum salary, the children’s rights etc. », he explained.

The signatories will have the opportunity to join a network that advocates for sustainable agricultural practices through the new program. «A broad selection of training tools, an e-learning platform, and over one thousand trained local experts are ready to support African-Caribbean-Pacific companies who demonstrate their commitment to good business, social and environmental practices by signing the declaration, added Emmanuel. Through the new program, the different stakeholders are encouraged to work together in order to support efforts to use alternative solutions to traditional pesticides, and more generally to promote sustainable works techniques which can improve and increase agricultural activities yields”.

With the PPP4PPP declaration, Coleacp hopes that small and medium enterprises will take advantage of the opportunities presented by the new European commission strategy « Agenda for Change ».

 

Hundreds of signatories

« Over two hundred organizations representing 1.5 million small farmers, NGOs, universities , producers and exporters from Africa, Caribbean and Pacific (ACP ) and European union (EU) importers have already signed the PPP4PPP declaration », said the Coleacp Communication Officer. He also invites other organisations to join the initiative.

President of a Senegalese farmers organisation known as “Coopérative fédérative des acteurs de l’horticulture du Sénégal”, Cheikh Ngane does not regret to have signed the declaration : « We hope to have greater access to the European market, where we face many requirements as far as certification and the respect of the maximum residue limits of pesticides are concerned etc …These count among other trade barriers that we hope to overcome through trainings that we will benefit thanks to  the Coleacp  local experts », he said, wishing a more equitable trade between the  European Union and the African, Caribbean and Pacific (ACP) countries.

« The European Union must support the ACP countries to move towards an agriculture which is part of sustainable development. To gain access to the European market, we invest daily to improve the quality of our products with no impact on our revenues. It is not fair. Today, quality is simply seen as a condition to access the European market. This trend must be reversed », protested Cheikh Ngane who also calls the European Union to take this into account.

Anne Matho

 

Interview

“This program comes at the right time to consolidate the revival of the Senegalese horticulture”

Macoumba Diouf, national director of horticulture at the Ministry of Agriculture and Rural facilities of Senegal.

Macoumba Diouf, national director of horticulture at the Ministry of Agriculture and Rural facilities of Senegal.

Macoumba Diouf, national director of horticulture at the Ministry of Agriculture and Rural facilities of Senegal, welcomed the PPP4PPP declaration, which reinforces the revival of the sector in his country.

 

Why did your country Senegal sign the PPP4PPP declaration?

The PPP4PPP initiative came on time when we were engaged in reviving horticulture in our country through that sector strategic development plan for the period 2014-2017. This cannot be achieved without the participation of the private sector (small / medium enterprises and producer organisations). The public sector which guarantees the government political vision should accompany the producers. This requires a public-private partnership, which is been taking into consideration by the PPP4PPP statement. That is why we believe that Coleacp is a strong partner that could help us to fulfill the commitments we took far before the publication of the PPP4PPP declaration. We appreciate the Coleacp initiative which reinforces us in the vision we had at the Ministry of Agriculture of Senegal.

 

What do you expect from this Coleacp new program?

Senegal has clear and precise objectives concerning production activities as part of our horticulture development strategic plan for the period 2014-2017. For example, in 2017, we intend to raise the onion’s production from 250 000 tones to 305 000 and tomato from 60,000 tones to 200,000 tones. Irish potatoes production should be increased to 40 thousand tones. In order to achieve these goals we therefore must increase the competitiveness of agriculture entrepreneurs and farmer’s organizations to enable them to be more competent.

These results can only be achieved through a series of projects aiming to organize the sector and to help the stakeholders to be more professional at all levels, from the production sites right to the markets. We seek the Coleacp support in this direction and guarantee that the projects that will be submitted to them come from this strategic plan. In fact, we are not only looking forward to increase our production, but also to come out with better quality products which comply with the European Union norms. We look forward to strengthening the capacity of our farmers in this direction. We hope that this will increase our exports to the European market and even in other countries of West Africa.
Anne Matho
Find the PPP4PPP Declaration here :
http://docs.google.com/forms/d/1Pji53bVVt9Fzn0g7l55heqxzssalCxhMiLpjYuIPgdQ/viewform

Les oranges séchées «Fette di Sole »

Les oranges séchées «Fette di Sole » à Fruit Logistica 2014

Campobasso Marco réussit à accroître la durée de vie des oranges en les séchant. L’innovation est en voie de remporter le prix Innovation Award 2014 de Fuit Logistica, une foire internationale qui regroupe les professionnels de la filière fruits et légumes en ce moment à Berlin.

De petites tranches d’oranges séchées attirent les visiteurs du salon Fruit Logistica qui regroupe en ce moment des milliers de professionnels de la filière fruits et légumes à Berlin. Ensachés dans des boîtes en verre, ces produits labellisés « Fette di Sole » ne laissent pas indifférents les participants qui se succèdent toutes les 5 minutes devant le stand. «Comment avez-vous réussi ça ?», s’interroge un visiteur. « C’est un secret familial. Motus et bouche cousue », répond en plaisantant Campobasso Marco, le petit producteur italien qui a mis au point cette innovation. En voie de remporter le prix Innovation Award 2014 de Fuit logistica, « la «Fette di Sole » est obtenue grâce à un procédé de séchage très lent qui maintient les caractéristiques naturelles des oranges », expliquent les organisateurs de Fruit logistica sur leur site web. «Si une entreprise est disposée à payer un million d’euro, je veux bien lui révéler le processus de séchage», a poursuivi toujours en plaisantant Compobasso.

Campobasso Marco, le producteur des « Fette di Sole »

Campobasso Marco, le producteur des « Fette di Sole »

Aucune information sur la durée du séchage. L’agriculteur conserve jalousement son secret. Le produit séché peut être conservé pendant 6 mois. A condition de le maintenir sous une température de 15°c au moins. Il est nécessaire de le tenir hors de la portée de la lumière. Ce procédé plus rentable, permet à l’Italien de transformer plus de 20% de sa production. Il vend 5 tranches d’oranges séchées soit l’équivalent d’une demi-tranche de ce fruit à 1.8 euros. Ce montant est revu à la baisse en cas d’achat en gros. A titre de comparaison, Marco vend un kilogramme d’orange frais à 1.3 euro maximum.

Un goût exquis
Javier Jimexez, un participant du salon qui a goûté le fruit est satisfait. «C’est bon. La saveur pure d’orange se ressent», apprécie-t-il tout en relevant des limites : «le produit est trop sec. Il faut mixer avec d’autres saveurs pour obtenir un meilleur goût ». Grâce à cette innovation, l’orange pourrait occuper une place de choix dans le classement des fruits et légumes les plus exportés par les pays d’Afrique de l’ouest et du centre vers l’Union européenne. Pour le moment, elle est classée très loin derrière la banane, l’ananas, la mangue, la goyave et l’avocat qui sont les cinq fruits les plus exportés dans les deux régions, selon les données du Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes-Pacific (Coleacp), recueillies auprès de l’Office statistique de l’Union européenne Eurostat. Délégué de l’organisation de producteurs « Unité agropastorale du Cameroun », et Secrétaire général du Coleacp, Jean Marie Sop salue l’innovation. «C’est une bonne nouvelle pour nous, producteurs africains. On pourra désormais conserver plus longtemps les oranges au lieu de les laisser pourrir dans nos villages».

Le Cameroun très bien représenté à la foire par Jean Marie Sop.

Le Cameroun très bien représenté à la foire par Jean Marie Sop.

Il est favorable à l’acquisition de cette innovation. A condition qu’elle soit rentable. «Le séchage de l’orange est compliqué parce que ce fruit contient environ 90% d’eau. Ce qui implique qu’après le séchage, on n’obtienne pas grand-chose. Pour 1 kg d’orange séchée, on obtiendra par exemple 2 à 5 kg de fruits séchés alors qu’avec cette même quantité, on a 10 g d’ananas séché. Est-ce que le consommateur africain disposera d’un pouvoir d’achat conséquent pour l’acheter ?», s’interroge-t-il.
Anne Matho

L’article a été produit à l’occasion du salon agricole Fruit Logistica 2014, grâce à l’aide du Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes-Pacific (Coleacp).

Êtes-vous un producteur de fruits, légumes, café ou cacao?

Intéressé par l’agriculture durable et le commerce horticole ?

Rejoignez des professionnels du secteur agricole d’Europe et des pays en développement sur la plateforme Planet.

Inscrivez vous sur le site http://planet.coleacp.org/

Ensuite, rejoignez des groupes

Goyaves du Cameroun

Goyaves du Cameroun

Jean Pierre Imelé, participe à une foire agricole en Europe, où il expose ses produits.

Jean Pierre Imelé, expose ses produits au cours d’une foire agricole en Europe.

Le Rhorticam, principale organisation de la filière horticole négocie avec l’Etat, recrute des compétences et travaille à l’amélioration de la qualité des exportations de ses membres. L’ambition étant d’augmenter l’offre camerounaise en fruits, légumes et fleurs sur le marché international.

Aider les producteurs de fruits, légumes mais aussi de fleurs à se développer à l’export, c’est l’objectif du réseau des horticulteurs du Cameroun (Rhorticam). Entre mai et novembre, cette organisation qui regroupe des exportateurs de fruits, de fleurs et de légumes a mené, avec l’appui du Centre pour le Développement de l’entreprise (Cde), de nombreuses consultations en vue de restructurer cette filière.

Les exportations camerounaises de fruits et légumes se situent aujourd’hui à environ 14.000 tonnes. Le Rhorticam voudrait à terme les  augmenter de 3.000 à 4.000 tonnes par an.

Quelles sont les faiblesses de ce secteur? Beaucoup d’opérateurs manquent de professionnalisme souligne un audit conduit par un cabinet conseil de Douala. “Lorsqu’un exportateur n’a pas de comptabilité pour suivre ses opérations, comment peut-il savoir s’il perd de l’argent ou en gagne ?”, interroge Jean Pierre Imelé, le vice-président du Rhorticam.

Quatre antennes au Cameroun

Pour développer la filière horticole, le Rhorticam a rassemblé les exportateurs et les organisations de petits producteurs des 10 régions du Cameroun, à Douala au mois de septembre. Objectif : jeter les bases d’une nouvelle collaboration entre les deux parties de la chaîne de valeur horticole. La création d’un Cluster (structure rassemblant les différents acteurs de la filière au sein d’une même région) a été décidée. L’organisation va recruter un secrétaire exécutif pour conduire ce projet. Il devra veiller à l’exécution des tâches prévues dans le plan d’action défini par l’Assemblée Générale. “Nous le voulons expérimenter, et capable de conduire nos missions à bon port”, prévient Imelé. La structure est déjà à la recherche des ressources financières qui permettront au futur manager d’atteindre tous les objectifs.

Ce secrétaire exécutif supervisera 4 antennes que le Rhorticam prévoit d’ouvrir à travers le Cameroun pour le fonctionnement des clusters. Selon le vice-président, ces bureaux renforceront les capacités techniques des petits producteurs de fruits qui devront proposer aux exportateurs des produits irréprochables.

Pour parvenir à ce niveau de qualité et répondre aux normes phytosanitaires, la formation des producteurs est indispensable.  “Le secrétaire exécutif, en collaboration avec une équipe qui sera mise à sa disposition, et des représentants du Coleacp (Comité de Liaison Europe-Afrique- Caraïbes-Pacifique), va renforcer les capacités de ces derniers à travers la vulgarisation des techniques agricoles, la rédaction des brochures sur la qualité, l’organisation des formations et séminaires, l’appui direct dans les plantations”, soutient Jean Pierre Imelé. L’accent ne sera pas seulement mis sur la qualité de la production, mais également sur les techniques qui améliorent les rendements. Les exportations camerounaises de fruits et légumes se situent aujourd’hui à environ 14.000 tonnes. Le Rhorticam parie sur  une augmentation de 3.000 à 4.000 tonnes par an, à partir du moment où le cluster sera fonctionnel.

Développer des infrastructures

Le Rhorticam veut aussi s’appuyer sur l’Etat pour développer la filière des fruits et légumes. Concrètement, un atelier a réuni les membres de l’organisation et le ministre de l’agriculture et du Développement rural (Minader), Essimi Menyé, en juillet dernier à Yaoundé. “Le Rhorticam a demandé à l’Etat de mettre à sa disposition quatre ingénieurs agronomes pour accompagner les petits producteurs de fruits”, explique Jean Pierre Imelé, vice-président du Rhorticam et par ailleurs Directeur général de Biotropical, une entreprise exportatrice de fruits bio. La structure a en outre évoqué les difficultés que ses membres rencontrent au quotidien avec le ministre. Il s’agit entre autres du manque d’infrastructures adaptées pour le conditionnement et le stockage des fruits collectés, l’absence de routes pour l’acheminement des produits de la campagne vers les villes.

Anne Matho

Êtes-vous un producteur de fruits, légumes, café ou cacao?

Intéressé par l’agriculture durable et le commerce horticole ?

Rejoignez des professionnels du secteur agricole d’Europe et des pays en développement sur la plateforme Planet.

Inscrivez-vous sur le site http://planet.coleacp.org/

Ensuite, rejoignez des groupes

Vous pourrez notamment rencontrer des partenaires pour exporter vos produits ou des fournisseurs.

%d blogueurs aiment cette page :