Cameroun : La culture des oignons réussit dans la zone forestière du Sud

anatole1

Anatole Ebete expérimente la culture de l’oignon en zone forestière à Ebeba II

Réussir la production de l’oignon dans la zone forestière du sud est désormais possible. Ingénieur agronome, Anatole Ebete a mis au point un procédé permettant d’obtenir jusqu’à 30 tonnes par hectare.

 

Obtenir de bons rendements dans la culture de l’oignon est désormais possible dans la zone forestière du sud du Cameroun. Autrefois, les agriculteurs qui se lançaient dans la production de cette denrée n’obtenaient que des pourritures. Il s’agit d’un problème lié à l’environnement. « Les conditions écologiques sont impropres à la culture de l’oignon dans le sud à cause de l’acidité du sol, la prévalence des champignons microscopiques, le sol argileux et un relief en pente », explique l’Ingénieur agronome Anatole Ebete. Il a découvert un procédé qui permet de pallier le problème. La technique consiste à réaliser une pépinière à partir des graines, plus précisément des semences de la variété pluviale Julio. Elle est la seule ayant résisté au cours des tests dans les conditions humides à en croire l’ingénieur. « Les plants seront prélevés puis repiqués dans le champ. C’est la méthode de semis par plants repiqués», précise-t-il.

Réduire les importations d’oignons

Le sol de la pépinière est ensuite désinfecté en utilisant une bouillie de fongicide ou en le recouvrant d’un plastique. Négliger cette étape peut s’avérer désastreux. « À cause de la de la prévalence en zone de forêt des champignons microscopiques dans le sol, il y aura fonte de semis (problème récurrent en pépinière) », explique Anatole. Un producteur de la Mvila s’est intéressé au procédé. S’étant contenté d’appliquer quelques étapes de l’itinéraire technique, il a échoué au stade pépinière où tous les plants ont disparu. «Il a avoué avoir oublié de désinfecter le sol de la pépinière des champignons microscopiques », confie l’agronome.

La prochaine étape consiste à préparer le champ c’est-à-dire, «défricher, abattre des arbres, araser des souches, et bruler des andains comme on procède  pour cultiver les arachides ». Les cendres de bois sont récupérées. Le producteur doit ensuite confectionner des planches assez hautes. « Au début des pluies, appliquer la chaux dans certaines planches et la cendre de bois dans d’autres », recommande l’ingénieur. Ces deux produits permettront de relever le niveau d’acidité du sol à la norme. En effet, explique Anatole, l’oignon ne supporte pas les sols ayant un taux d’acide inférieur à 5,8 comme c’est le cas dans le sud du Cameroun.

Il invite les producteurs à épandre le fumier bien décomposé si l’on en dispose, puis l’engrais NPK une semaine après. «Enfouir  l’ensemble dans le sol et habiller les plants de moitie», conseille-t-il. Les plants seront repiqués à un écartement de 15 au 12cmx10cm. Un mois après semis,  du sulfate de potassium mélangé à l’Urée est répandu sur les cultures. L’opération est répétée deux mois après repiquage. « La récolte a lieu 120 jours après repiquage ou lorsque 50% des plants sont couchés », recommande l’agronome.

Les producteurs se lancent

Le procédé ayant fait l’objet d’un article parut dans le journal « La Voix du Paysan », l’ingénieur agronome est de plus en plus sollicité par les producteurs. Membre du groupe de femmes productrices GIC FAEBE, Sophie Eloundou espère qu’en août prochain, elle aura réuni les fonds pour se lancer dans la culture de l’oignon.

« Le budget du projet, sur 1 000m2 avait été arrêté à 150 000FCFA lorsque la main d’œuvre est assurée par les membres eux-mêmes. Et mes honoraires ont été fixés à la somme dérisoire de 5 000FCFA (cinq mille francs) par descente, plus 1500FCFA de frais de transport, pour un total de 08 interventions », explique Anatole. Le groupe COOP-TOM, a pour sa part, promis de s’engager sur 01ha. Anatole leur prédit un échec : «Lorsqu’ils n’ont pas trouvé la semence de la variété JULIO à Yaoundé, ils ont acheté celle de la variété RED CREOLE, de leur propre initiative. Cette variété n’a jamais démontré son adaptabilité à l’écologie des zones de forêt tropicale ».

L’agronome espère que son procédé pourra permettre au Cameroun de réduire ses importations s’il est adopté par les producteurs du sud. En 2013 par exemple, le pays a importé 3 794 tonnes d’oignon pour une valeur marchande d’environ 2,6 milliards de FCFA pendant la période de pénurie (Septembre à Janvier). En même temps le prix de l’oignon sur le marché local a augmenté. En 2014, le prix du sac de 120kg est passé de 17 000  à 120 000 FCFA dans les marchés de Yaoundé.

Anne Matho

Publicités
1 commentaire
  1. A reblogué ceci sur bertusbuizeret a ajouté:
    Ne serait il pas mieux de cultiver les oignons dans une manière durable. Entre autres la désinfection du sol avec un fongicide est aussi nuisible pour la vie du sol. Et couper et bruler des arbres pour gagner de surface et des minéraux me semble non plus durable.
    Si on veux utiliser des engrais chimiques, on devrait plutôt utiliser le Phosphate et non l’Urée !!
    Mieux serait-il de choisis pour la culture biologique. L’utilisation de fumier de vache et / ou le composte est sans doute plus durable et aussi plus rentable. Voir aussi http://www.sustainablefoodsupply.org/en/one-sided-nutrient-flows-to-europe-are-detrimental-to-soil-fertility-in-africa/ et http://www.sustainablefoodsupply.org/en/organic-farming-has-the-best-credentials-for-an-adequate-sustainable-food-supply/ et http://www.people4soil.eu/fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :