Un plan d’urgence contesté pour booster l’agriculture

Le plan d'urgence vise à faciliter l'installation des jeunes et augmenter la production agricole.

Le plan d’urgence vise à faciliter l’installation des jeunes et augmenter la production agricole.

Le plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique du Cameroun ambitionne de booster la production en trois ans en facilitant l’installation des jeunes, et l’acquisition à moindre coût des intrants et des équipements agricoles. Ce projet, lancé en décembre, est déjà critiqué.

Le plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique du Cameroun ne permettra pas de booster l’agriculture camerounaise. Cette position est partagée par les responsables du parti politique Croire au Cameroun (Crac), qui regroupe quelques anciens leaders de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectif (Acdic), une organisation militant en faveur du monde rural et de la consommation des produits locaux au détriment de ceux importés. Le plan d’urgence comprend une série d’actions lancées en décembre par le Président de la République, Paul Biya, pour relever le taux de croissance de l’économie camerounaise au dessus de 6% en trois ans et accroître l’offre d’emploi en faveur des jeunes. Il prévoit dans son volet agricole, de faciliter l’acquisition des équipements et des intrants.
Engrais, semences, produits phytosanitaires, alevins, séchoirs et tracteurs seront distribués ou vendus à moindre coût. Cette initiative est saluée par le Crac qui émet des réserves. «Les semences et engrais ne sont pas les seuls facteurs qui influent sur la production. Qu’en est-il de l’accompagnement technique pour le bon usage de ces intrants ? », s’interroge Bernard Njonga, le président du Crac qui a récemment démissionné de la présidence de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectif (Acdic) pour se lancer en politique.

Un monde rural mal organisé
Soulignant la nécessité de mettre l’accent sur l’encadrement des producteurs, il explique que : «de bonnes semences utilisées avec de bons engrais à contre temps et à mauvaise dose ne sauraient donner de bons résultats ».
Le mode de distribution de ces intrants et équipements agricoles préoccupe également le Crac. Au Cameroun, rappelle le président du parti politique, il n’existe pas d’organisation, ni de structuration du monde rural. « Comment se fera la distribution dans un contexte où plus de 97% de producteurs sont de petits producteurs isolés et dispersés sur le territoire national ? », s’interroge-t-il. Le Président du Crac ne fait pas confiance aux organisations de producteurs pour assurer la répartition. « 95% des 130 000 groupes d’initiative commune (Gic) recensés sont non fonctionnels. Ne parlez pas de coopératives agricoles. On en compte très peu. Une dizaine au plus fonctionne au Cameroun », explique-t-il.
Le Crac se demande où seront trouvées les semences à distribuer aux producteurs. Le Cameroun pourra facilement s’approvisionner en semences de maïs sur le marché international pour suppléer l’insuffisance de la production locale. Ce qui ne sera pas le cas pour l’igname, la patate, le taro, le macabo, l’arachide, le mil, le riz ou le sorgho, croit savoir Bernard Njonga.
Il explique qu’il sera difficile d’accroître la production de ces denrées agricoles à cause de la rareté des engrais et des équipements agricoles adaptés à leurs cultures sur le marché.

Un système miné par la corruption
À ces problèmes, il faut ajouter le système de corruption généralisé qui gangrène le l’encadrement agricole au Cameroun. Le plan d’urgence sera financé à hauteur de 925 milliards de Fcfa par le secteur bancaire. Une somme à répartir entre différents ministères y compris celui de l’agriculture et du développement rural (Minader), qui sera chargé de la gestion des fonds alloués au secteur agricole.
« Ce plan d’urgence sera rejeté par le système de gouvernance actuel dans les ministères. On peut bien imaginer certains agents des ministères concernés en train de se frotter les mains pour cette manne qui va bientôt tomber dans leurs escarcelles », prédit le Président du Crac .
Anne Matho

Publicités
1 commentaire
  1. Cerlian a dit:

    c’est fabuleux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :