archive

Archives Mensuelles: octobre 2014

Bernard Njonga

Bernard Njonga

Président de l’Acdic, une organisation ayant notamment milité avec succès contre l’importation de poulet d’Europe, Bernard Njonga a démissionné le 13 octobre à Yaoundé. Motif : l’agriculture camerounaise s’est peu développée ces 15 dernières années à cause du manque de volonté politique.

Trente années de plaidoyers sans impact important sur l’agriculture camerounaise ont eu raison de lui. Le 13 octobre, Bernard Njonga a annoncé sa démission de la Présidence de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (Acdic).
Il s’agit d’une organisation créée en 2003 pour poursuivre la lutte du monde rural camerounais contre l’importation d’Europe de découpes de poulets congelés et pour la consommation des produits locaux.
La raison de cette démission est liée au statu quo observé dans le secteur agricole. «Je vis avec frustration la persistance des problèmes pour lesquels nous avions pourtant proposé des solutions réalistes. C’est dans ce contexte que je me suis mis en retrait pour réfléchir et prendre la décision de démissionner de mes fonctions de président de l’Acdic», explique-t-il.
L’ex défenseur de la cause paysanne pointe un doigt accusateur sur les autorités camerounaises. « Avec l’Acdic, nous avons réussi à porter le plaidoyer pour la cause paysanne aux portes du pouvoir central et attendions que les politiques jouent leur partition… Malheureusement, nous assistons impuissants à un refus catégorique de ce dernier de prendre en compte les préoccupations légitimes des paysans et des acteurs du monde rural », déplore-t-il.
Njonga reste pourtant convaincu que les solutions aux problèmes de développement rural sont « éminemment politiques ». « Rien à faire, s’exclame-t-il. C’est aux politiques que reviennent les décisions qui impactent durablement la vie des populations ».
Depuis 2008 par exemple, l’Acdic tente en vain d’amener le gouvernement à adopter des mesures de coercition pour inciter les boulangers à incorporer 10% de farine locale dans le pain. Objectif : réduire de 5,75 milliards Fcfa par an les importations de blé et stimuler la production locale de manioc.
Une campagne de grande envergure, initiée par l’Acdic en 2004, avait contrait le gouvernement à interdire l’importation massive du poulet congelé d’Europe pour doper l’aviculture locale. Sans suite.
Membre fondateur de l’Acdic, Njonga occupait la fonction de président depuis 2003. L’association a bénéficié de sa longue expérience du secteur agricole du Cameroun. Ex fonctionnaire de l’Institut de recherche agricole pour le Développement (Irad), Bernard Njonga a participé à la création du Service d’appui aux initiatives locales de Développement (Saild). Il a été le Secrétaire général de cette structure qui avait pour but de promouvoir le développement des organisations paysannes locales à travers le journal La voix du paysan et le Centre de documentation pour le Développement rural (Cddr).
Anne Matho

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :