archive

Archives Mensuelles: février 2014

Pon Satheesan, Directeur général de l’entreprise ghanéenne Srighan Farms (GH), en pleine négociation avec un client

Pon Satheesan, Directeur général de l’entreprise ghanéenne Srighan Farms (GH), en pleine négociation avec un client à la foire Fruit Logistica 2014.

Son exportation en Europe serait 10 fois plus rentable que celle des fruits et légumes. C’est le constat établi par Pon Satheesan, directeur général de l’entreprise ghanéenne Srighan Farms (GH).

 

Des ignames fraîches qui voisinent avec du haricot vert, des tomates et autres légumes: ça se passait les 5, 6 et 7 février, au salon Fruit logistica de Berlin. Elles étaient présentées par Srighan Farms, qui concentre 30% des exportations ghanéennes d’ignames en Europe, qui n’en produit pas.

Cette société, que dirige Pon Satheesan, est l’une des plus grandes exportatrices d’ignames dans le monde. Le Ghana est lui-même le plus grand exportateur mondial de cette denrée, avec près de 21 000 tonnes par an.

Selon l’agence de développement public du Ghana Millennium Development Authority (MiDA), le Royaume-Uni est le principal marché du pays. L’entreprise Srighan Farms y exporte chaque semaine 4 containers de 40 pieds chacun, soit l’équivalent de 200 000  ignames pour un chiffre d’affaire s’élèvant à environ 120 millions Fcfa par container.

 

100 fois plus rentable

Pon Satheesan a fait ses calculs : « 100 kg d’ignames blanches équivalent à une tonne de fruits et légumes en termes de profit ». Au lieu de transporter sa marchandise par la mer, comme il avait coutume de le faire, l’opérateur ghanéen exporte beaucoup plus par avion, pour satisfaire une demande grandissante en Europe.

Autre raison de cette préférence pour les ignames, les pertes dues au transport sont réduites. L’opérateur a développé une technique qui lui permet de réduire les pourritures à 0,01% seulement. «Après la récolte, je stocke les ignames pendant trois semaines au moins, au lieu de trois jours comme le font les autres », explique-t-il. En quelque sorte, de l’or blanc !

Anne Matho

Ignames exposées dans le stand du Ghana à la foire Fruit Logistica 2014.

Ignames exposées dans le stand du Ghana à la foire Fruit Logistica 2014.

Bon à savoir :

 

§  « L’une des particularités de l’igname, c’est qu’elle s’échange très peu sur le marché  international à cause de son volume important», indiquent les participants de la conférence des Ministres de l’agriculture de l’Afrique de l’ouest et du centre (CMA/AOC) dans un rapport intitulé « note technique sur la filière igname dans la zone CMA/AOC ».

 

§  Ils relèvent aussi qu’en Europe de l’Ouest, Amérique du Nord la demande provient en majorité des consommateurs africains, caribéens et latino-américains vivants dans ces régions.

 

§  L’igname africaine est concurrencée par celle du Brésil. «Pour faire face, les exportateurs africains, notamment les nigérians, ont développé la farine d’igname vendue sous plusieurs noms : foutou d’iyan, punder iyam et poundo iyan », poursuit le rapport. 

 

Publicités
Coleacp’s President, Stephan Mintah, adressing a speech to other members of the international association.

Coleacp’s President, Stephan Mintah, delivering a speech at the Fruit logistica trade fair 2014 in Berlin (Germany).

African agriculture stakeholders have been inviting to promote sustainable agricultural practices that respect of the social environment by signing the PPP4PPP declaration issued by Coleacp. The program will enable them to take advantages of trainings in order to better meet market requirements.

 

The Europe -Africa – Caribbean – Pacific Liaison Committee (Coleacp) launched the “Sustainability support program” at Fruit Logistica, a trade fair that brought together thousands of producers and exporters of fruits and vegetables from all over the world from 5th to 7th February in Berlin, Germany.

It aimed at encouraging agricultural producers and exporters from Africa to sign the Private Public Partnership for People Planet and Profit (PPP4PPP) declaration which highlights their commitment to the new program. European importers of fruits and vegetables from Africa are also concerned by this issue.

Launched during the last European Development Days in Brussels in November 2013, the declaration is based on the “Agenda for Change”, the new strategy for development created by the European Commissionner Andris Pielbags and his team. It aims at promoting the principles of corporate social responsibility in the farming sector, according to Emmanuel Bourcelet, the Head of Information and Communication at Coleacp.

 

Interesting agricultural and management practices

« By signing the declaration, agricultural entrepreneurs, farmers’ organizations, producers and governments are committed to carrying their activities in respect of certain social values such as the minimum salary, the children’s rights etc. », he explained.

The signatories will have the opportunity to join a network that advocates for sustainable agricultural practices through the new program. «A broad selection of training tools, an e-learning platform, and over one thousand trained local experts are ready to support African-Caribbean-Pacific companies who demonstrate their commitment to good business, social and environmental practices by signing the declaration, added Emmanuel. Through the new program, the different stakeholders are encouraged to work together in order to support efforts to use alternative solutions to traditional pesticides, and more generally to promote sustainable works techniques which can improve and increase agricultural activities yields”.

With the PPP4PPP declaration, Coleacp hopes that small and medium enterprises will take advantage of the opportunities presented by the new European commission strategy « Agenda for Change ».

 

Hundreds of signatories

« Over two hundred organizations representing 1.5 million small farmers, NGOs, universities , producers and exporters from Africa, Caribbean and Pacific (ACP ) and European union (EU) importers have already signed the PPP4PPP declaration », said the Coleacp Communication Officer. He also invites other organisations to join the initiative.

President of a Senegalese farmers organisation known as “Coopérative fédérative des acteurs de l’horticulture du Sénégal”, Cheikh Ngane does not regret to have signed the declaration : « We hope to have greater access to the European market, where we face many requirements as far as certification and the respect of the maximum residue limits of pesticides are concerned etc …These count among other trade barriers that we hope to overcome through trainings that we will benefit thanks to  the Coleacp  local experts », he said, wishing a more equitable trade between the  European Union and the African, Caribbean and Pacific (ACP) countries.

« The European Union must support the ACP countries to move towards an agriculture which is part of sustainable development. To gain access to the European market, we invest daily to improve the quality of our products with no impact on our revenues. It is not fair. Today, quality is simply seen as a condition to access the European market. This trend must be reversed », protested Cheikh Ngane who also calls the European Union to take this into account.

Anne Matho

 

Interview

“This program comes at the right time to consolidate the revival of the Senegalese horticulture”

Macoumba Diouf, national director of horticulture at the Ministry of Agriculture and Rural facilities of Senegal.

Macoumba Diouf, national director of horticulture at the Ministry of Agriculture and Rural facilities of Senegal.

Macoumba Diouf, national director of horticulture at the Ministry of Agriculture and Rural facilities of Senegal, welcomed the PPP4PPP declaration, which reinforces the revival of the sector in his country.

 

Why did your country Senegal sign the PPP4PPP declaration?

The PPP4PPP initiative came on time when we were engaged in reviving horticulture in our country through that sector strategic development plan for the period 2014-2017. This cannot be achieved without the participation of the private sector (small / medium enterprises and producer organisations). The public sector which guarantees the government political vision should accompany the producers. This requires a public-private partnership, which is been taking into consideration by the PPP4PPP statement. That is why we believe that Coleacp is a strong partner that could help us to fulfill the commitments we took far before the publication of the PPP4PPP declaration. We appreciate the Coleacp initiative which reinforces us in the vision we had at the Ministry of Agriculture of Senegal.

 

What do you expect from this Coleacp new program?

Senegal has clear and precise objectives concerning production activities as part of our horticulture development strategic plan for the period 2014-2017. For example, in 2017, we intend to raise the onion’s production from 250 000 tones to 305 000 and tomato from 60,000 tones to 200,000 tones. Irish potatoes production should be increased to 40 thousand tones. In order to achieve these goals we therefore must increase the competitiveness of agriculture entrepreneurs and farmer’s organizations to enable them to be more competent.

These results can only be achieved through a series of projects aiming to organize the sector and to help the stakeholders to be more professional at all levels, from the production sites right to the markets. We seek the Coleacp support in this direction and guarantee that the projects that will be submitted to them come from this strategic plan. In fact, we are not only looking forward to increase our production, but also to come out with better quality products which comply with the European Union norms. We look forward to strengthening the capacity of our farmers in this direction. We hope that this will increase our exports to the European market and even in other countries of West Africa.
Anne Matho
Find the PPP4PPP Declaration here :
http://docs.google.com/forms/d/1Pji53bVVt9Fzn0g7l55heqxzssalCxhMiLpjYuIPgdQ/viewform

Le Président du Coleacp, Stephen Mintah s’adressant aux autres membres de l’association internationale à la foire Fruit Logistica 2014. Crédit photo : Coleacp

Le Président du Coleacp, Stephen Mintah s’adressant aux autres membres de l’association internationale à la foire Fruit Logistica 2014. Crédit photo : Coleacp

Les acteurs de l’agriculture africaine invités à promouvoir des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement social en signant la déclaration PPP4PPP mise en place par le Coleacp. Ce qui leur permettra de bénéficier des  formations pour mieux se conformer aux exigences du marché.

 

La foire Fruit Logistica qui a réuni des dizaines de milliers de professionnels de la filière fruits et légumes du monde les 5,6 et 7 février dernier à Berlin en Allemagne, a servi de contexte au lancement du programme d’appui à  la durabilité « sustainability support program, en anglais » mis en place par l’association internationale Coleacp (Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes). Il s’agit d’inciter les producteurs et exportateurs agricoles d’Afrique à signer la déclaration Private Public Partnership for People Planet and Profit” (PPP4PPP), qui marque l’adhésion de ceux-ci au nouveau programme. Tout comme les participants africains de la foire, les importateurs européens des fruits et légumes en provenance de l’Afrique sont concernés par cette nouvelle donne.

Rendue publique pendant les dernières journées européennes pour le développement tenues à Bruxelles en novembre dernier, la déclaration s’appuie sur la nouvelle stratégie de la Commission européenne pour le développement  “Agenda for Change”. Elle vise, selon Emmanuel Bourcelet, le Responsable de l’information et de la communication du Coleacp, à promouvoir les principes de responsabilité sociale des entreprises dans le secteur agricole.

 

Bonnes pratiques agricoles et managériales

«En signant la déclaration, entreprises et opérateurs agricoles, organisations paysannes, producteurs et gouvernements s’engagent à faire du business dans le respect de certaines valeurs sociales parmi lesquelles le salaire minimum, le respect des droits des enfants », a-t-il expliqué.

Les signataires auront l’opportunité de rejoindre un réseau qui milite en faveur de pratiques agricoles durables à travers le nouveau programme. «De multiples outils de formation, une plate-forme de e-learning et plus d’un millier d’experts locaux formés sont prêts à soutenir et former les entreprises qui s’engagent à adopter de bonnes  pratiques sociales et environnementales, a poursuivi Emmanuel. Il s’agira aussi de travailler ensemble à travers le nouveau programme pour continuer à soutenir les efforts de la filière à employer des solutions alternatives aux pesticides traditionnels, plus généralement de promouvoir des techniques de travail respectueuses de l’environnement permettant d’améliorer la rentabilité économique de l’activité agricole et ceci  jusqu’aux petits producteurs ».

Par cette déclaration, le Coleacp espère que les petites et moyennes entreprises vont tirer profit des opportunités générées par la stratégie « Agenda for change » de la Commission européenne pour le développement.

 

Des  centaines de signataires

« Plus de deux cents organisations représentant 1 500 000 petits agriculteurs, des ONG, des universités, des producteurs et exportateurs des pays Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP) et les importateurs de l’UE ont déjà signé la déclaration PPP4PPP», explique le Chargé de la Communication du Coleacp. Il invite par ailleurs d’autres structures à rejoindre l’initiative.

Cheikh Ngane, le Président de la Coopérative fédérative des acteurs de l’horticulture du Sénégal.

Cheikh Ngane, le Président de la Coopérative fédérative des acteurs de l’horticulture du Sénégal.

Président de la Coopérative fédérative des acteurs de l’horticulture du Sénégal, Cheikh Ngane ne regrette pas d’avoir signé la déclaration : «Nous espérons ainsi avoir un plus grand accès au marché européen où nous sommes confrontés à de nombreuses exigences en termes de certification à acquérir, des limites maximales de résidus de pesticides à respecter etc… Ce sont autant de barrières commerciales que nous comptons surmonter grâce aux formations qui nous seront fournies par les experts locaux du Coleacp», explique-t-il, tout en souhaitant un commerce plus équitable entre l’Union européenne et les pays Afrique Caraïbes et Pacifique (ACP). «L’Union européenne doit davantage appuyer les pays ACP pour aller vers une agriculture qui s’inscrit dans le développement durable. Pour avoir accès au marché européen, nous investissons tous les jours pour améliorer la qualité des produits sans aucun impact positif sur nos revenus. C’est un paradoxe ! La qualité aujourd’hui  est simplement considérée comme une condition d’accès sur le marché européen. Il faut renverser cette tendance », s’insurge Cheikh Ngane qui souhaite par ailleurs que l’Union européenne en tienne compte.

Anne Matho

 

Interview

«Ce programme tombe à pic pour conforter la relance de l’horticulture sénégalaise»

Macoumba Diouf, Directeur national de l’horticulture au Ministère de l’agriculture et de l’équipement rural du Sénégal.

Macoumba Diouf, Directeur national de l’horticulture au Ministère de l’agriculture et de l’équipement rural du Sénégal.

Macoumba Diouf, Directeur national de l’horticulture au Ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural du Sénégal, se réjouit de la déclaration PPP4PPP, qui vient conforter la relance de ce secteur dans son pays.


Le Sénégal a signé la déclaration PPP4PPP. Pourquoi avoir adhéré ?

Cette initiative PPP4PPP nous a trouvés en train de travailler à la relance de  l’horticulture dans notre pays à travers notre plan stratégique de développement de cette filière pour la période 2014-2017. On ne saurait y parvenir sans mettre le secteur privé (petites/moyennes entreprises et organisations de producteurs) au cœur des préoccupations. Il faut que le secteur public qui est dépositaire de la vision politique accompagne ce que les producteurs font. Ceci passe par un partenariat public-privé, qui est prôné par la déclaration PPP4PPP. C’est pourquoi nous pensons que le Coleacp, est un partenaire de taille qui pourrait nous aider à faire ce que nous avions décidé de faire nous-mêmes bien avant la publication de la déclaration. Nous applaudissons donc des deux mains cette initiative du Coleacp qui vient nous renforcer dans cette volonté que nous avons nous-mêmes au Ministère de l’agriculture du Sénégal.

 

Qu’attendez-vous concrètement de ce nouveau programme du Coleacp?

Dans le cadre de notre plan stratégique de développement de l’horticulture pour la période 2014-2017, le Sénégal prévoit des activités bien claires et des objectifs de productions précis. Par exemple à l’horizon 2017, nous voulons porter la production d’oignons de 250 000 tonnes à 305 000, la tomate doit passer de 60.000 tonnes à 200 000 tonnes. La production de pommes de terre doit être portée à 40 000 tonnes. Pour atteindre ces objectifs, nous devons accroître la compétitivité des entreprises et des organisations paysannes pour les permettre d’être plus compétentes. Ceci se traduit par un ensemble de projets qui visent la structuration et la professionnalisation des filières, l’accompagnement et le renforcement des capacités des acteurs depuis la production jusqu’à la mise sur le marché.  Nous aimerions que le Coleacp nous soutienne dans ce sens et justement les projets qui lui seront présentés vont être extraits de ce plan stratégique. En effet, nous voulons non seulement une production plus importante, mais aussi de meilleure qualité, conforme aux normes de l’union européenne. Nous espérons recevoir un renforcement des capacités de nos producteurs dans ce sens. Ce qui permettra d’accroître nos exportations sur le marché européen et même dans les autres pays de la sous-région Afrique de l’ouest.

Anne Matho
Signez la déclaration PPP4PPP ici :
http://docs.google.com/forms/d/1Pji53bVVt9Fzn0g7l55heqxzssalCxhMiLpjYuIPgdQ/viewform

Ferdinand Storek, Responsable de la promotion des caisses en plastique.

Ferdinand Storek, Responsable de la promotion des caisses en plastique à la foire Fruit Logistica 2014.

Elles sont l’œuvre de la multinationale IFCO, un prestataire logistique spécialisé dans le transport de produits frais.

 

Bonne nouvelle pour les producteurs et exportateurs africains de bananes. De nouveaux emballages permettent désormais de réduire les dégâts liés au transport des cargaisons de bananes dans les cales des navires à destination des ports européens. Il s’agit de caisses en plastique réutilisables, mises au point par l’entreprise IFCO (International fruit container), un prestataire logistique international ayant plus de 45 implantations à travers le monde.

« C’est une première mondiale dans le secteur des fruits et légumes puisqu’il est désormais possible d’utiliser des emballages autres que du carton pour  acheminer les bananes  jusqu’aux étals des marchés », vante Stefan Geiger, Directeur général de la filiale suisse d’IFCO. Labellisée « Caja de Oro », l’innovation a été présentée à la foire agricole Fruit logistica, qui a réuni des milliers de professionnels du secteur des fruits et légumes à Berlin  les 5, 6 et 7 février dernier.

« A cause de leur flexibilité, les cartons généralement utilisés ont toujours des bordures pressées. Ce qui affecte la qualité des fruits. Contrairement à la Caja de Oro, qui est rigide et par conséquent conserve mieux les produits », explique Stefan. 

Les caisses de IFCO permettent aussi de faire des économies sur les coûts de production. « On peut les réutiliser 40 à 100 fois, tout le contraire des cartons qui une fois arrivés à destination sont jetés », ajoute le Directeur général de la filiale suisse d’IFCO.

Le stand d'IFCO à la foire Fruit Logistica 2014.

Le stand d’IFCO à la foire Fruit Logistica 2014. Crédit photo : Imarah Radix

Flexible et manipulable à souhait

L’innovation est aussi écologique. « C’est du plastique recyclable. Quand les caisses se cassent, on ne les jette pas. Au contraire, Ifco les récupère pour en faire d’autres. C’est tout le contraire des cartons. Il faut couper du bois pour en fabriquer chaque fois qu’on en jette. Ce qui entraîne le déboisement», confie le responsable de l’entreprise.

A ces avantages s’ajoute une manipulation aisée. « La Caja de Oro est en effet démontable. On peut la replier pour gagner en espaces », explique le responsable de l’entreprise. Des tests réalisés par Ifco auraient montré que le refroidissement de la banane dans ces caisses est de 33% plus rapide que  dans les cartons. Ce qui permettrait  de retarder durablement la maturation des bananes et de réduire le développement de champignons.

Autres atouts de taille : « les caisses en plastique garantissent aussi un mûrissement optimal des bananes grâce à son excellente ventilation », vante Stephan.

Malheureusement, la Caja de Oro n’est pas encore disponible sur le marché. Ifco les loue encore pour le moment à ses clients. « On leur envoie les caisses dans lesquelles ils introduisent les bananes après les avoir emballées dans les sacs plastiques. Ifco récupère les caisses une fois que les bananes sont livrées », explique Stefan. L’entreprise effectue elle-même l’entretien du matériel avant de le louer à nouveau.

Sur le panneau publicitaire, une caisse remplie de bananes. Entre les mains du Responsable d’Ifco une caisse démontée.

Sur le panneau publicitaire, une caisse remplie de bananes. Entre les mains du Responsable d’Ifco une caisse démontée. Crédit photo : Imarah Radix

Bénéfiques pour les producteurs africains

Pour bénéficier de la location, l’entreprise productrice de bananes doit fournir un engagement de son client acceptant qu’Ifco récupère les caisses après la livraison des produits.  Les taux de location ne sont pas fixes. «Un montant est déterminé en fonction de la destination des cargaisons de bananes ou de la quantité de caisses souhaitée. On voudra savoir si les fruits seront vendus localement au Cameroun ou alors si vous les exportez. En effet, les coûts de transport sont à la charge des clients », explique Stefan.

La Caja de Oro pourrait doper les exportations africaines de bananes.  A condition qu’elle soit vendue à bas prix. Dans une interview accordée à l’agence de presse chinoise Xinhua, Paul Jeangille, expert de la filière bananière d’exportation au Cameroun, relevait que « la filière bananière africaine, pourtant reconnue en progrès de qualité, peine à s’imposer sur le marché international, en l’occurrence européen, à cause des coûts élevés de production». Parmi les intrants les plus chers, il citait les emballages et notamment les cartons.

Actuellement, trois pays d’Afrique de l’Ouest réalisent la totalité des exportations du continent : le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Ghana. « Ils exportent environ 500 000 tonnes de bananes en majorité vers l’Union européenne mais aussi vers les pays de la rive sud de la méditerranée et vers la sous-région d’Afrique de l’Ouest », indiquent un groupe d’expert internationaux dans une étude intitulée « World banana market : Un intérêt croissant pour le potentiel africain ».

Anne Matho

Pour contacter Ifco: http://www.ifcosystems.fr/eu/FR/fr/meta_contact/index.php

La Directrice de Root Capital discute avec des exportateurs africains de fruits et légumes.

La Directrice de Root Capital discute avec des exportateurs africains de fruits et légumes.

L’institution bancaire spécialisée dans le financement des activités agricoles a profité de la foire Fruit Logistica pour se faire connaître auprès des exportateurs africains des fruits et légumes.

 

«J’ai besoin d’un fond de roulement pour acheter des emballages en cartons en vue de la prochaine campagne agricole qui commence en mai. Que faire pour en bénéficier ?». Traoré Abdoulaye, Directeur d’Exoprim (Exotic primeur), une entreprise sénégalaise exportatrice de mangues et de haricot vert sur le marché européen, s’adresse ainsi à Diaka Diallo Sall, Directrice de crédit au sein de la filiale sénégalaise de Root Capital, un fond privé international exclusivement consacré au financement de l’agriculture.

«Il est très tôt pour introduire une demande de crédit. Il faut attendre 8 semaines pour qu’un dossier aboutisse », explique la responsable de Root Capital qui révèle au fil de la conversation les critères d’éligibilité. «L’entreprise doit avoir démarré ses activités depuis trois ans au moins. Elle doit disposer d’un business plan, être en bonne santé financière et exercer dans l’agriculture ».

La conversation qui se tenait sur le stand du Coleacp à la foire Fruit logistica de Berlin, tournait principalement autour des conditions d’octroi du crédit par la structure bancaire.

Le stand du Coleacp à la foire Fruit Logistica 2014, lieu de rencontre des producteurs et exportateurs africains de fruits et légumes. Crédit photo : Coleacp

Le stand du Coleacp à la foire Fruit Logistica 2014, lieu de rencontre des producteurs et exportateurs africains de fruits et légumes. Crédit photo : Coleacp

Collaborer avec les petits producteurs

Root Capital exige également que les opérateurs économiques travaillent en collaboration avec les petits producteurs. Dans ce sens, ils doivent présenter le contrat qui les lie à ceux-ci. A cela s’ajoute un engagement écrit de l’importateur européen chargé de vendre les cargaisons que lui envoie l’exportateur africain sur le  marché européen. « Le partenaire européen doit s’engager à transférer les résultats des ventes dans les comptes de Root capital qui prélève le crédit prêté et reverse le reste dans le compte de l’exportateur », explique Diaka. A la fin de la conversation,  Traoré Abdoulaye est satisfait. «Je vous contacterai une fois de retour à Dakar », promet-il.

Amadou Ndiaye, Directeur de ANS Inter export, une entreprise sénégalaise exportateurs de haricot vert qui participe également à la foire, souhaite aussi faire des affaires avec Root Capital. L’année dernière, il avait renoncé à recevoir du crédit indépendamment de sa volonté. « J’avais déjà rencontré les responsable de Root Capital en 2013 mais je n’ai pas pu introduire une demande de crédit à l’époque parce que l’importateur avec qui je travaillais n’était pas disposé à me fournir un engagement écrit », indique-t-il. Basée à Dakar, la filiale sénégalaise de Root Capital, couvre plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Anne Matho

Pour contacter Root Capital :

• Diaka Sall, Senegal– dsall@rootcapital.org – Tél. (221) 33 865 3888

• Simplice Chigbo, Cote d’Ivoire– schigbo@rootcapital.org

•Barbara Ghansah, Ghana– bghansah@rootcapital.org

Les oranges séchées «Fette di Sole »

Les oranges séchées «Fette di Sole » à Fruit Logistica 2014

Campobasso Marco réussit à accroître la durée de vie des oranges en les séchant. L’innovation est en voie de remporter le prix Innovation Award 2014 de Fuit Logistica, une foire internationale qui regroupe les professionnels de la filière fruits et légumes en ce moment à Berlin.

De petites tranches d’oranges séchées attirent les visiteurs du salon Fruit Logistica qui regroupe en ce moment des milliers de professionnels de la filière fruits et légumes à Berlin. Ensachés dans des boîtes en verre, ces produits labellisés « Fette di Sole » ne laissent pas indifférents les participants qui se succèdent toutes les 5 minutes devant le stand. «Comment avez-vous réussi ça ?», s’interroge un visiteur. « C’est un secret familial. Motus et bouche cousue », répond en plaisantant Campobasso Marco, le petit producteur italien qui a mis au point cette innovation. En voie de remporter le prix Innovation Award 2014 de Fuit logistica, « la «Fette di Sole » est obtenue grâce à un procédé de séchage très lent qui maintient les caractéristiques naturelles des oranges », expliquent les organisateurs de Fruit logistica sur leur site web. «Si une entreprise est disposée à payer un million d’euro, je veux bien lui révéler le processus de séchage», a poursuivi toujours en plaisantant Compobasso.

Campobasso Marco, le producteur des « Fette di Sole »

Campobasso Marco, le producteur des « Fette di Sole »

Aucune information sur la durée du séchage. L’agriculteur conserve jalousement son secret. Le produit séché peut être conservé pendant 6 mois. A condition de le maintenir sous une température de 15°c au moins. Il est nécessaire de le tenir hors de la portée de la lumière. Ce procédé plus rentable, permet à l’Italien de transformer plus de 20% de sa production. Il vend 5 tranches d’oranges séchées soit l’équivalent d’une demi-tranche de ce fruit à 1.8 euros. Ce montant est revu à la baisse en cas d’achat en gros. A titre de comparaison, Marco vend un kilogramme d’orange frais à 1.3 euro maximum.

Un goût exquis
Javier Jimexez, un participant du salon qui a goûté le fruit est satisfait. «C’est bon. La saveur pure d’orange se ressent», apprécie-t-il tout en relevant des limites : «le produit est trop sec. Il faut mixer avec d’autres saveurs pour obtenir un meilleur goût ». Grâce à cette innovation, l’orange pourrait occuper une place de choix dans le classement des fruits et légumes les plus exportés par les pays d’Afrique de l’ouest et du centre vers l’Union européenne. Pour le moment, elle est classée très loin derrière la banane, l’ananas, la mangue, la goyave et l’avocat qui sont les cinq fruits les plus exportés dans les deux régions, selon les données du Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes-Pacific (Coleacp), recueillies auprès de l’Office statistique de l’Union européenne Eurostat. Délégué de l’organisation de producteurs « Unité agropastorale du Cameroun », et Secrétaire général du Coleacp, Jean Marie Sop salue l’innovation. «C’est une bonne nouvelle pour nous, producteurs africains. On pourra désormais conserver plus longtemps les oranges au lieu de les laisser pourrir dans nos villages».

Le Cameroun très bien représenté à la foire par Jean Marie Sop.

Le Cameroun très bien représenté à la foire par Jean Marie Sop.

Il est favorable à l’acquisition de cette innovation. A condition qu’elle soit rentable. «Le séchage de l’orange est compliqué parce que ce fruit contient environ 90% d’eau. Ce qui implique qu’après le séchage, on n’obtienne pas grand-chose. Pour 1 kg d’orange séchée, on obtiendra par exemple 2 à 5 kg de fruits séchés alors qu’avec cette même quantité, on a 10 g d’ananas séché. Est-ce que le consommateur africain disposera d’un pouvoir d’achat conséquent pour l’acheter ?», s’interroge-t-il.
Anne Matho

L’article a été produit à l’occasion du salon agricole Fruit Logistica 2014, grâce à l’aide du Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes-Pacific (Coleacp).

%d blogueurs aiment cette page :