Taro et macabo se font rares au Cameroun

ImageLe prix du taro s’est envolé sur le marché camerounais. Le seau de 30 litres vendu il y a deux ans à 1 500 FCFA, coûte cinq fois plus, soit 8 000 FCFA. Bien plus, cette denrée très prisée est devenue rare dans certains marchés. En cause, la chute de la production qui fait le mécontentement de plus en plus d’agricultrices.  “Depuis plus de deux ans, le mildiou attaque mon champ, qui ne produit plus grand-chose”, résume Bernadette Tohoguep, une productrice de taro citée par le mensuel “La voix du paysan”. Cette paysanne comme plusieurs autres a été obligée de réduire ses surfaces cultivables. Au ministère de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Ikelle Philippe, un responsable du Programme national de développement des racines et tubercules (Pndrt) constate pour le déplorer que de nombreux agriculteurs découragés ont abandonné la culture du taro, contribuant à créer une pénurie sur le marché. Cette baisse de production à l’origine de nombreux désagréments serait due à une pathologie. “Depuis deux ans, on observe des pourritures sur les racines du taro, explique Ikelle Philippe. Deux ou trois mois après les semis, les feuilles et les tiges jaunissent, empêchant la plante de se développer normalement”. Selon le fonctionnaire, le phénomène touche également le macabo. La solution serait de recourir à la recherche pour trouver des variétés de semences résistantes à ces pathologies. Mais en attendant, agriculteurs et consommateurs souffrent de cette pénurie.

Anne Matho

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :