Pas de répit dans l’exploitation illégale du bois au Cameroun

Le bois marqué censé légal

Le bois marqué censé légal.

Exploitation illégale des essences de bois protégées, absence des marques de marteau sur le bois exploité… Les employés d’Horizon vert, une entreprise,  partagent les raisons des sanctions du gouvernement à leur encontre en juillet 2012.

 

C’est sans surprise que les dirigeants de la société Horizon vert, située à 19 km au sud-Est de Kribi, ont accueilli une décision du Ministère des forêts et de la faune (Minfof) qui les condamnait en juillet 2012 pour “exploitation illégale de souches protégées et non respect des normes techniques de marquage”. Directeur du personnel, Claude Ayenan reconnaît les faits. “C’est normal  quand il y a violation de la loi. Nos bois ont été saisis ici à cause de ces problèmes…On n’est pas contents, mais on fait de plus en plus d’efforts pour éviter que cette situation se reproduise.”

En violation de la législation forestière, des espèces de bois protégées sont transformées par Horizon vert en meubles et vendus très cher sur le marché local. Alors qu’elles nécessitent une autorisation spéciale du ministère des forêts pour leur exploitation.

Dans la menuiserie de l’entreprise, un ouvrier tape de toutes ses forces sur un marteau pour redresser une pièce de bois massif. Il s’agit du wengue, une essence protégée et dont l’exploitation est interdite.

 

Approvisionnés par des livreurs clandestins

Pour son approvisionnement en bois précieux, Horizon vert se fait livrer clandestinement. “Nos bois viennent de l’Est. On a des livreurs, des jongleurs, c’est comme ça qu’on les appelle. Ils font tout pour nous livrer des bois comme le wengue, le bubinga, le bété, l’iroko et le sapelli, qui sont des essences protégées. Ils trouvent des moyens pour traverser les postes de police et de douane”, témoigne l’ouvrier sous anonymat.

A la scierie de l’entreprise, un jeune homme qui travaille depuis plus de 10 ans à Horizon vert confirme  : “Les espèces protégées  sont transformées ici, tous les jours”. Le pot aux roses a été découvert par une équipe du ministère au cours d’un contrôle de routine, l’entreprise n’ayant pas réussi à prouver la légalité de son bois. “Chaque bois a un point de départ, explique Claude Ayenan. Tu achètes le bois ; le vendeur te donne le bordereau de livraison qui atteste que ça sort chez lui, sinon c’est un bois illégal. Quand tu achètes au dépôt, à Yaoundé, les agents du service des Eaux et Forêts ont déjà contrôlé et martelé. »

 

Près de 20 milliards de Fcfa de recettes

“Pour les bois qui viennent de brousse, poursuit-il, les agents du service des Eaux et Forêts te donnent des papiers qui signifient que tu as payé les taxes. Nous avons écopé de la sanction parce que nous n’avions pas respecté ces différentes étapes.”

Les bois ne portaient pas les marques du marteau du ministère des Forêts. Ce qui constitue une violation grave des règles pour assurer la traçabilité du bois. En plus de la saisie de son bois, l’entreprise Horizon Vert a dû payer une amende de 4 500 000 Fcfa. Selon le Centre pour la recherche forestière internationale (Cifor), près de 20 milliards de Fcfa de recettes échappent, chaque année, au Trésor public à cause de l’exploitation illégale.

Des contrôles boiteux à l’origine

Président de l’association nationale des forêts communautaires, Daniel Mouil dénoncent des dérives qui permettent aux entreprises exploitantes d’encaisser facilement de l’argent. “Dans ce secteur, on se livre à n’importe quel type d’opération à condition qu’on gagne de l’argent”, s’indigne-t-il. Il met par ailleurs en cause la rigueur des agents du ministère. “Si on parle de bois qui n’ont pas respecté les normes de marquage et qui traversent les équipes de police, c’est qu’il y a problème au niveau des contrôles”, dénonce Daniel Mouil.

Le sommier des infractions publié par le ministère des forêts en juillet 2012 présente une évolution du nombre d’entreprises sanctionnées pour “exploitation de souches protégées et non respect des normes techniques de marquage”. Malgré la sonnette d’alarme tirée par les agents de ce ministère, les exploitants forestiers semblent avoir du mal à y mettre un terme. La nouvelle réglementation prévue dans le cadre de l’accord passé entre le Cameroun et l’Union européenne (Apv Flegt) permettra peut-être de venir à bout de ces pratiques.

Jean Ismael Bekile et Anne Matho (JADE)

Les articles sont produits avec l’aide financière de l’Union Européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de JADE Cameroun et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’union Européenne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :